À André Falconet, le 8 décembre 1664, note 5.
Note [5]

Sidonius Apollinaris (v. note [28], lettre 282), Épîtres, livre ii, lettre xii, Agricolæ suo [à son cher Agricola], son beau-frère :

Igitur ardori civitatis atque torpori, tam nos quam domum totam prævio Christo pariter eximimus, simulque medicorum consolia vitamus assidentum, dissidentumque, qui parum docti et satis seduli languidos multos officiosissime occidunt.

[C’est pourquoi dans la chaleur et la torpeur de la cité, nous, comme toute notre maison, nous en irons sous la conduite du Christ, tout en évitant les conseils des médecins, de même avis et d’avis contraire, qui, peu savants bien qu’assez zélés, tuent avec extrême complaisance bien des malades].

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À André Falconet, le 8 décembre 1664, note 5.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0802&cln=5

(Consulté le 15/06/2024)

Licence Creative Commons