À André Falconet, le 28 mai 1666
Note [5]

« Par sottise, nous convoitons le ciel » ; Horace, Odes, livre i, iii, vers 37‑40 :

Nil mortalibus ardui est :
cælum ipsum petimus stultitia neque
per nostrum patimur scelus
.

[Rien n’est inaccessible aux mortels : par sottise, nous convoitons même le ciel, et n’admettons pas notre scélératesse].

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À André Falconet, le 28 mai 1666. Note 5

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0868&cln=5

(Consulté le 02.12.2022)

Licence Creative Commons