À André Falconet, le 29 avril 1667, note 5.
Note [5]

« Plût aux dieux qu’il eût plutôt consacré à de telles niaiseries tous ces temps de débauche, etc. » (Juvénal, Satire iv, vers 150‑151), avec et nequitiæ, « de débauche », au lieu de sævitiæ, « de furie ».

Juvénal évoqait les temps affreux où l’empereur Domitien {a} (vers 151‑154) :

                    claras quibus abstulit Urbi
illustresque animas impune et vindice nullo.
Sed periit postquam cerdonibus esse timendus
cœperat ; hoc nocuit Lamarium cæde madenti
.

il frustra Rome de vies illustres et fameuses, impunément et sans que surgît un vengeur. Il ne périt que du jour où il devint redoutable aux gagne-petit. Voilà ce qui le perdit, tout souillé du sang des lamies]. {b}


  1. V. note [8], lettre 851.

  2. V. notule {b}, note [6], lettre 517.

    Sans doute Guy Patin ne voulait-il pas alors aller aussi loin contre Louis xiv.


Imprimer cette note
Citer cette note

x

Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À André Falconet, le 29 avril 1667, note 5.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0909&cln=5

(Consulté le 02/06/2023)

Licence Creative Commons