À Johannes Antonides Vander Linden, le 9 février 1657
Note [5]

Cretes mendaces semper est la traduction latine d’une imprécation que Callimaque de Cyrène (poète grec du iiie s. av. J.‑C.) a prononcée contre les Crétois qui prétendaient posséder le tombeau de Jupiter sur leur île.

Saint Paul l’a reprise dans son Épître à Tite (1:12) :

Cretenses semper mendaces, malæ bestiæ, ventres pigri.

[Crétois toujours menteurs, mauvaises bêtes, ventres paresseux].

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Johannes Antonides Vander Linden, le 9 février 1657. Note 5

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=1108&cln=5

(Consulté le 12.12.2019)

Licence Creative Commons