De Pierre Louvet, le 22 janvier 1657, note 5.
Note [5]

Chaperon : « ancien habillement de tête, tant pour les hommes que pour les femmes. Le chaperon à l’égard des hommes était une coiffure de drap bordée de fourrure par devant, qui avait une longue queue pendante par derrière. C’était l’habillement de tête que les officiers portaient autrefois. Les magistrats en avaient de rouges fourrés de peaux blanches, et les avocats, de noirs fourrés des mêmes peaux. L’aumusse des chanoines était aussi une espèce de chaperon qu’ils portaient en tête, qu’on appelait capulare. Depuis, les gens de robe l’ont mis sur l’épaule, et les chanoines sur le bras. Borel remarque que ce fut un nommé Patrouillet qui changea l’usage des chaperons et qui amena la mode des bonnets carrés. […] En général, les chaperons étaient portés tant par les grands seigneurs que par le peuple, et on saluait en le reculant un peu, comme font maintenant les moines. Cette mode a duré en France […] jusqu’à Charles v, vi et vii, sous le règne desquels on portait encore ces chaperons à longue queue, que les docteurs et licenciés ont retenu pour marque de leurs degrés, et qu’ils ont fait descendre de leur tête sur l’épaule » (Furetière).

Imprimer cette note
Citer cette note

x

Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – De Pierre Louvet, le 22 janvier 1657, note 5.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=9050&cln=5

(Consulté le 09/06/2023)

Licence Creative Commons