Annexe : Une thèse de Guy Patin : « L’homme n’est que maladie » (1643)
Note [50]

À comprendre comme la section du cordon ombilical.

Dans le contexte héroïque de ce passage, les lames nues évoquent celles qu’on dégaina contre Jules César, préteur urbain, pendant le procès de Catilina et de ses complices en 63 av. J.‑C. ; Suétone (Vies des douze Césars, César, i, 14) :

manus equitum Romanorum, quæ armata præsidii causa circumstabat, immoderatius perseveranti necem comminata est, etiam strictos gladios usque eo intentans, ut sedentem una proximi deseruerint, vix pauci complexu togaque objecta protexerint

[la garde armée des chevaliers romains menaça de lui donner la mort : on pointa même des épées nues sur lui ; ses voisins se reculèrent ; quelques-uns seulement, le protégèrent en l’embrassant et le couvrant de leurs toges].

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Annexe : Une thèse de Guy Patin : « L’homme n’est que maladie » (1643). Note 50

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=8038&cln=50

(Consulté le 26.11.2020)

Licence Creative Commons