Annexe : Les deux Vies latines de Jean Héroard,
premier médecin de Louis xiii, note 52.
Note [52]

Le panégyriste de Jean Héroard transformait effrontément en victoire la défaite de Coligny à Moncontour (3 octobre 1569, v. supra note [22]) : non levem victoriam reportavit, « il n’a pas remporté une maigre victoire ». Blessé, le chef protestant se replia dans le Languedoc, où il reconstitua une armée, pour guerroyer jusqu’à la paix de Saint-Germain-en-Laye (8 août 1570) qui mit fin à la troisième guerre de Religion.

V. note [1], lettre 463, pour Henri ier, duc de Guise, dit le Balafré, fervent partisan des catholiques qui luttait alors pour le roi, et fut blessé à Moncontour.

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Annexe : Les deux Vies latines de Jean Héroard,
premier médecin de Louis xiii, note 52.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=8225&cln=52

(Consulté le 16/04/2024)

Licence Creative Commons