L. 463.  >
À Charles Spon,
les 16 et 26 février 1657

Codes couleur
Citer cette lettre
Imprimer cette lettre
Imprimer cette lettre avec ses notes

 

< Monsieur, > [a][1]

Le bonhomme M. de Chevreuse [2] est mort, âgé de 83 ans. Il était le dernier fils du duc de Guise [3] qui fut tué à Blois [4] l’an 1588 par le commandement de Henri iii[1][5] Hier mourut le maréchal Foucault [6] âgé de 50 ans, homme fort débauché et dangereux. Il s’appelait par ci-devant le comte de Dognon, c’est lui qui était gouverneur de Brouage [7] et qui, en la rendant au roi [8] par traité particulier, se fit faire maréchal de France il y a environ quatre ans. [2]

J’ai vu aujourd’hui entre les mains d’un Hollandais, jeune médecin natif de Nimègue, le Fernel [9] de la nouvelle impression d’Utrecht in‑4o, Universa medicina, cum notis, observationibus et remediis secretis Io. et Othonis Heurnii[3][10][11] Cette impression me déplaît car, outre qu’elle n’est pas belle et qu’elle est pleine de fautes, ils y ont mis des suppléments qui sont déjà dans l’édition de Hollande in‑8o, ex Sylvio, Platero, Sennerto et Magiro[4][12][13][14][15] Il y a un livre nouveau imprimé à Londres intitulé Xenodochium tabidorum[5][16][17] c’est un livre de leur maladie de consomption [18] qui est une espèce de phtisie, [19] pthoe Hippocratis, marcor pulmonis, morbus materiæ Fernelii, phthisis sine ulcere[6][20][21] Ce mal est fort fréquent en Angleterre et en Hollande à cause de la mer et de la quantité des eaux qui s’y rencontrent ; ils n’en peuvent pas guérir là à cause des brouillards et de la trop grande humidité, mais il faut qu’ils viennent en France, en des villes situées en air sec et éloignées des grandes rivières.

Les quatre libraires qui avaient acheté la bibliothèque [22] de feu M. Moreau [23] avaient arrangé les livres dans une belle grande boutique de la foire [24] pour les vendre lundi prochain, mais ils en sont soulagés de moitié : M. Fouquet, [25] procureur général, a acheté tous les livres de médecine qu’il a fait enlever aussitôt et emporter chez lui moyennant 10 000 livres d’argent comptant ; deux jésuites y sont, qui les arrangent ; on n’en a fait aucun catalogue. Qui a de l’argent passe partout, c’est anima mundi [7] des platoniciens [26] et de tous les autres philosophes, jusqu’au pape et aux jésuites. [27] Et genus et formam regina pecunia donat[8] Le nouveau nonce du pape, M. Piccolomini, [28] fit ici son entrée il n’y a que trois jours avec un cortège de cent carrosses. Bon Dieu, que de vanité parmi les grands ! M. le prince d’Harcourt [29] fut au-devant de lui au nom du roi ; [9] et depuis, il a fait sa harangue au nom du pape [30] à Sa Majesté. [10][31]

Le 8e de février est morte dans l’hôtel de Vendôme la duchesse de Mercœur, [32] nièce [33] du Mazarin. [34] Il y a 15 jours qu’elle était en couches, avant-hier la jambe lui devint paralytique, cette nuit elle est tombée en apoplexie, [35] on lui a donné de l’antimoine et est morte, tam a morbo quam a veneno[11] Elle était fille aînée de Mme de Mancini, [36] laquelle mourut ici le mois passé. Ce qui reste de la bibliothèque de M. Moreau se vend à la foire, j’entends les livres de philosophie, d’humanités et d’histoire ; il avait fort peu de théologie et haïssait toute controverse de religion ; même, je l’ai maintes fois vu se moquer de ceux qui s’en mettaient en peine. Je pense qu’il était de l’avis de M. Naudé [37] qui se moquait des uns et des autres, et qui disait qu’il fallait faire, comme les Italiens, bonne mine sans bruit et prendre dans ce cas-là pour devise Intus ut libet, foris ut moris est[12][38][39] Je savais bien que M. Bernier [40] avait eu la peste [41] en Égypte, Dieu le veuille bien ramener de si loin, c’est un bon garçon ; [13] il nous dira des nouvelles de la casse [42] et du séné [43] qui nous viennent de ce pays-là. Pour la reine de Suède, [44] par son changement de religion, [45] elle a bien aiguisé les langues des ministres contre son honneur. Il vaut mieux n’en point dire de mal et n’en croire que du bien. Quoi qu’il en soit, elle a fort augmenté sa réputation par le voyage qu’elle a fait à Paris. Vallot, [46] Guénault [47] et Esprit [48] ont donné trois fois de l’antimoine à Mme la duchesse de Mercœur. Je pense que c’était de peur qu’elle n’en réchappât. Si elle s’en fût réchappée, ils auraient tâché de la faire canoniser. Cette duchesse et sa mère feront un beau chapitre dans le martyrologe de ceux que l’antimoine [49] a écrasés, comme le Iupiter mactator des Anciens. [14][50]

On tient ici depuis quatre jours trois voleurs prisonniers, qui arrêtaient le soir les carrosses, qui volaient et dépouillaient ceux qui étaient dedans. Deux jours avant qu’ils fussent pris, ils avaient volé dans son carrosse Mme Ménardeau-Champré, [51] femme du conseiller de la Grand’Chambre qui est un des directeurs de finances. [15][52] Cette dame est native de Lyon, elle s’appelle Henry en son surnom ; elle était veuve d’un nommé Ferrier, [53] qui était le fils du ministre de Nîmes [54] qui se révolta en l’an 1613 et qui causa tant de bruit en Languedoc. [16][55]

Enfin, le 20e de février, s’est fait le mariage du prince Eugène, nommé le comte de Soissons, [56] fils du prince Thomas, [57] avec la Mancini, [58] nièce de Son Éminence. [17] Il court ici un bruit qui me déplaît fort, savoir que, par l’entremise des plus grands de l’Europe, et entre autres du roi de France et du pape, les jésuites [59] ont obtenu d’être rétablis à Venise, [60] moyennant la somme de 600 000 écus qui seront employés à la guerre contre les Turcs, pour le recouvrement de la Candie. [61] C’est ouvrir la porte à un ennemi au même temps que l’autre s’enfuit. Cette vermine des loyolites est merveilleusement adroite à faire ses affaires aux dépens de tout le monde, per ignaviam principum[18][62] Si cela est vrai, certes il faut dire avec Virgile : [63] Timeo Danaos et dona ferentes[19] Les janissaires du pape n’entrent point là-dedans avec leur argent qu’ils n’aient bonne envie et ne sachent presque bien le moyen de le rattraper.

En deux jours sont ici mortes quatre personnes considérables, savoir M. de Lasseville, [64] maître des comptes et doyen de la Chambre âgé de 85 ans, je l’ai vu malade, periit ex suppressione urinæ ab inflammatione et exulceratione urethræ ; [20][65] le second a été M. Marreau de Villerégis, [66] conseiller aux Requêtes, âgé de 48 ans ; [21] le troisième est Robert le Diable, autrement dit M. Aubry, [22][67] président des comptes, âgé de 83 ans ; et Mme de Brou-Feydeau, [23][68] âgée de 85 ans, mère d’un conseiller des Enquêtes. Les jésuites d’ici se vantent de leur rétablissement à Venise. Voilà une nouvelle qui me surprend fort : où est la politique de ces vénérables sénateurs de recevoir en leur ville, contre l’ordonnance de leur sénat de 1606, ces janissaires du pape ? Troiano Sinone deteriores et periculosiores[24] Certes, je ne vis jamais tant de faiblesse parmi les hommes, le genre humain va toujours en empirant. Et hæc debemus progeniei monachorum undecumque emergentium, quasi essent locustæ apocalypticæ[25] Je me recommande à vos bonnes grâces et à mademoiselle votre femme, et serai toute ma vie, Monsieur, votre très humble, etc.

De Paris, ce 16e < et 26e > de février 1657.


Écrire à l'éditeur
Licence Creative Commons "Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron" est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.
Une réalisation
de la BIU Santé
×
     [1] [2]   Appel de note
    [a] [b]   Sources de la lettre
    [1] [2]   Entrée d'index
    Gouverneur   Entrée de glossaire

× Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, les 16 et 26 février 1657

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0463

(Consulté le 19.08.2019)