À Charles Spon, le 8 mai 1648
Note [6]

« il nous a sans tarder laissé le regret de sa personne », manière classique de dire « il est mort rapidement ».

L’or potable était principalement une « composition que font quelques charlatans, qui est jaune, et qu’ils font accroire être de l’or dissous pour la mieux vendre, quoiqu’il soit certain que l’or n’a aucune qualité propre pour la nourriture ni pour la guérison » (Furetière). De plus, en médecine hermétique, « les chimistes appellent or potable une médecine faite du corps même de l’or et réduite sans aucun corrosif en une gomme ou substance semblable au miel et de couleur de sang. Cette gomme détrempée avec de l’esprit du vin acquiert une couleur de rubis et s’appelle teinture d’or. Une once de cette teinture mêlée avec 16 onces d’autre liqueur s’appelle proprement or potable à cause qu’elle a une couleur d’or vif et brillant, et l’on dit que c’est un remède souverain contre plusieurs maladies » (ibid.). Les sels d’or sont utilisés depuis les années 1930 dans le traitement de certains rhumatismes inflammatoires chroniques.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 8 mai 1648. Note 6

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0155&cln=6

(Consulté le 21.11.2019)

Licence Creative Commons