À Claude II Belin, le 24 mai 1653
Note [6]

V. note [21], lettre 315, pour le siège de Rosas en Catalogne.

(Montglat, Mémoires, page 294) :

« Le Plessis-Bellière, après avoir servi en Guyenne, reçut ordre de la cour d’aller en Roussillon pour y commander en la place du maréchal de La Mothe, qui était retourné à Paris. Il y trouva les affaires en grand désordre ; car toute la Catlogne était perdue, à la réserve de Rosas, que les Espagnols tenaient bloqué par des forts qu’ils avaient faits à l’entour ; et ils s’attendaient à un grand renfort de Naples et de Sicile pour en former le siège. Le Plessis-Bellière, connaissant l’importance de cette place, assembla toutes ses forces pour tâcher à la secourir avant que ce secours leur fût arrivé, et marcha vers le col de Pertuis pour le passer. Il n’y trouva pas tant de résistance qu’il pensait car les Espagnols se retirèrent dans leur camp et laissèrent seulement garnison dans la tour de Jonquières, qu’il attaqua le 16e de juin ; et la prit le lendemain à coups de canon. Dès qu’il eut passé les Pyrénées, il apprit que les Espagnols avaient abandonné leur fort devant Rosas et que La Férele faisait raser. Sur cette nouvelle, il approcha de cette ville ; et ayant conféré avec lui, ils trouvèrent à propos, pour s’assurer du Lampourdan, {a} de prendre Castillon- d’Ampouilles. »


  1. Rosas était la capitale du pays de Lampourdan.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Claude II Belin, le 24 mai 1653. Note 6

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0316&cln=6

(Consulté le 14.04.2021)

Licence Creative Commons