À Charles Spon, le 11 mai 1655, note 6.
Note [6]

Les écoliers de Guy Patin au Collège de France étaient pour la plupart : soit des étudiants parisiens, dont l’absence de protection (népotisme, religion), la cherté des droits annuels d’inscription, ou le niveau exigé pour l’obtention du diplôme (les degrés) forçaient un bon nombre à prendre leur inscription dans d’autres Écoles de médecine (Reims, Rouen, etc.) que celle de Paris ; soit des étrangers qui venaient y parfaire leurs connaissances médicales.

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 11 mai 1655, note 6.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0402&cln=6

(Consulté le 03/03/2024)

Licence Creative Commons