À Charles Spon, le 7 février 1648
Note [60]

« Pour mon livre sur l’Âme, si vous le trouvez bon, je le ferai sortir sous les auspices de M. Cras, médecin turennien [?], et quand les dieux le voudront bien. »

Guy Patin lui-même reconnaissait l’obscurité du locatif Tureniensis, qu’il interprétait comme pouvant vouloir dire attaché à la personne du maréchal de Turenne (nom qui est à l’origine celui d’une petite ville du Limousin), ou originaire d’une improbable ville d’Allemagne. Dans sa lettre du 22 mars 1648, Patin a confirmé à Charles Spon qu’Henri Gras était bien le dédicataire du traité d’Hofmann.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 7 février 1648. Note 60

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0150&cln=60

(Consulté le 05.02.2023)

Licence Creative Commons