À Charles Spon, le 1er mars 1650
Note [63]

« pour sembler n’avoir omis ou négligé aucun recours, mais la saignée des veines basiliques fonde tout le succès de la guérison parce qu’elle permet seule d’évacuer la pléthore et d’abattre la fièvre vite et sans danger. »

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 1er mars 1650. Note 63

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0219&cln=63

(Consulté le 10.08.2022)

Licence Creative Commons