Autres écrits : Préceptes particuliers
d’un médecin à son fils, note 67.
Note [67]

« Tant que l’affection évolue et que le malade est affaibli, appliquez-vous à toucher l’argent ; {a} dès que l’affection est terminée et le malade raffermi, personne ne se soucie plus de payer. »


  1. En contradiction flagrante avec ce qui est écrit plus haut en français (commenté dans la note [43] supra) : « je vous défends de jamais demander ou faire demander de l’argent à malade. »

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Autres écrits : Préceptes particuliers
d’un médecin à son fils, note 67.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=8003&cln=67

(Consulté le 17/04/2024)

Licence Creative Commons