À Claude II Belin, le 18 octobre 1630, note 7.
Note [7]

« en raison tant de la cause qui, dans les deux cas, a été une putréfaction éminente et remarquable, que des symptômes qui, dans les deux cas, ont été gravissimes. »

Les deux cas que Guy Patin distinguait ici étaient les pestes couvertes (larvées ou atypiques, avec seulement de la fièvre) et manifestes (franches ou typiques, avec bubons et charbons).

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Claude II Belin, le 18 octobre 1630, note 7.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0005&cln=7

(Consulté le 18/04/2024)

Licence Creative Commons