À Charles Spon, le 21 octobre 1644, note 7.
Note [7]

Le libraire-imprimeur Guillaume i Macé avait commencé d’exercer à Paris avant 1610 et poursuivit son activité jusqu’après 1644 (Renouard). L’inimitié de Guy Patin à son encontre avait quelque chose de prémonitoire : c’est à son fils, Guillaume ii, que Catherine Barré, veuve de Robert Patin, fils aîné de Guy, vendit en 1674 les dernières dépouilles de la bibliothèque de son beau-père (v. note [26] de La Bibliothèque de Guy Patin et sa dispersion).

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 21 octobre 1644, note 7.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0113&cln=7

(Consulté le 21/07/2024)

Licence Creative Commons