À Charles Spon, le 10 novembre 1651, note 7.
Note [7]

Nathaniel Highmore, Nathanael Highmorus (1613-1685), anatomiste anglais, était un chaud partisan de la circulation du sang et fut le descripteur de la partie des testicules qu’on nomme corps de Highmore. Guy Patin fournissait ici le titre presque entier de son principal ouvrage :

« Exploration anatomique du corps humain où Nathaniel Highmore, docteur ès arts et médecine, depuis peu membre de la Société de la Sainte-Trinité à Oxford, {a} s’est attaché à décrire la circulation du sang dans toutes les moindres parcelles du corps ; illustré par plusieurs planches nouvelles et par un bref éclaircissement des énigmes médicales. S’y ajoute un double index, etc., {b} 1651 » {c}


  1. Affiliée au Trinity College d’Oxford (fondé en 1555), où Highmore avait mené une partie de ses études.

  2. …alter capitum, alter rerum et verborum locupletissimus […l’un des chapitres, l’autre très riche, des matières et des mots].

  3. La Haye, Samuel Broun, Bibliopola Anglicus [Libraire anglais], 1651, in‑4o, tout de même long de 262 pages, ce qui fait plus de cinq mains de papier ; dédié, en date de Sherbonia Durotigum (Sherborne, Dorset), le 4 décembre 1650 (vieux style) à :

    Excellentissimo et Ornatissimo Viro, Do. Doctori Harveo, Collegii Medicorum Londinensium Socio dignissimo, Anatomiæ Professori Oculatissimo, Regiæ Majestatis nuperrime Medico Serenissimo, et Amico suo singulari.

    [au très éminent et honoré M. Harvey, très digne membre du Collège des médecins de Londres, très illustre professeur d’anatomie, tout récemment sérénissime {i} médecin de Sa Majesté royale, et son ami particulier].

    1. L’épithète « sérénissime » est appliquée au médecin plutôt qu’au souverain qu’il servait : Charles ii ne régnait pas sur la République britannique (Commonwealth) qui l’avait banni après avoir décapité son père, Charles ier, en 1649.

Ce livre est orné d’un splendide frontispice gravé, agrémenté d’une légende détaillée Frontis physionomica descriptio [Description physionomique du frontispice]. La seconde partie du deuxième livre est consacrée à l’appareil cardiovasculaire et à la circulation du sang, décrites en neuf chapitres (pages 131‑168).

V. note [11], lettre 43, pour La Haye-le-Comte, vieux nom de La Haye en Hollande.

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 10 novembre 1651, note 7.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0272&cln=7

(Consulté le 29/05/2024)

Licence Creative Commons