À Charles Spon, le 4 février 1653, note 7.
Note [7]

« pour qu’il puisse enfin être à la hauteur sa douce tâche » : Ne blando nequeat superesse labori (Virgile, Géorgiques, livre iii, vers 127) ; sans doute une nouvelle allusion frondeuse de Guy Patin aux relations amoureuses qui étaient supposées exister entre Mazarin et la reine.

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 4 février 1653, note 7.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0304&cln=7

(Consulté le 19/06/2024)

Licence Creative Commons