Annexe : Une thèse de Guy Patin : « L’homme n’est que maladie » (1643)
Note [71]

Juvénal (Satire xiv, vers 56‑58) :

Unde tibi frontem libertatemque parenti,
cum facias peiora senex vacuumque cerebro
iam pridem caput hoc ventosa cucurbita quærat ?

[D’où pourras-tu prendre le front et le libre langage d’un père quand, vieillard, tu fais pis encore, et que ta tête, vide de cervelle, réclame depuis longtemps des ventouses ?].

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Annexe : Une thèse de Guy Patin : « L’homme n’est que maladie » (1643). Note 71

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=8038&cln=71

(Consulté le 05.12.2020)

Licence Creative Commons