À Claude II Belin, le 13 janvier 1639
Note [8]

Très éloquente harangue funèbre qui fut prononcée par le P. Léon, carme, à l’enterrement du Père Joseph Capucin, fort entendu et employé aux affaires d’État, auprès du cardinal de Richelieu (Paris, Bessin, 1639, in‑4o). L’auteur anonyme du Véritable Père Joseph… (tome ii, page 302) a proprement éreinté la harangue du P. Léon :

« Il n’y eut jamais une si méchante pièce, il n’y a que le texte de bon, Sacramentum Regis abscondere bonum est. {a} Qui en ferait une semblable aujourd’hui serait sifflé. On l’a pourtant imprimée dans les œuvres de ce religieux. Ses amis disent qu’il la fit exprès très mauvaise, ne sachant que dire de ce moine. Le Père Condren, général de l’Oratoire, refusa tout net de louer en public un homme que toute la France détestait. Ce trait est digne d’un Père de l’Oratoire. »


  1. « Il est bon de tenir caché le secret d’un roi » (Tobie ou Tobit, 12:7).

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Claude II Belin, le 13 janvier 1639. Note 8

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0045&cln=8

(Consulté le 20.09.2019)

Licence Creative Commons