À Claude II Belin, le 6 mars 1643
Note [8]

« le ciel et la terre passeront » (Marc, 13:31).

Pour expliquer la dureté de Guy Patin à l’égard de Richelieu, Paul Triaire a ici invoqué le péril où le cardinal avait mis la Faculté en protégeant Théophraste Renaudot qui voulait établir à Paris une institution rivale d’enseignement de la médecine (v. note [8], lettre 57). Les lettres montrent pourtant que Patin n’a vraiment acéré sa plume qu’à partir du moment où le ministre eut fait conduire François-Auguste de Thou sur l’échafaud.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Claude II Belin, le 6 mars 1643. Note 8

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0078&cln=8

(Consulté le 20.10.2019)

Licence Creative Commons