À Claude II Belin, le 12 septembre 1646, note 8.
Note [8]

« pour se gagner les faveurs des pharmaciens ».

Tous ces arguments contre les médecins de Montpellier, et plus généralement « étrangers » (gradués par une autre université que celle de Paris), se retrouvent dans les libelles que la Faculté de médecine de Paris publiait contre Théophraste Renaudot et ses « adhérents », et auxquels Guy Patin prêtait bien volontiers son anonyme plume (non sans être parfois démasqué par ses adversaires).

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Claude II Belin, le 12 septembre 1646, note 8.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0135&cln=8

(Consulté le 15/07/2024)

Licence Creative Commons