À Claude II Belin, le 12 septembre 1646
Note [8]

« pour se gagner les faveurs des pharmaciens ». Tous ces arguments contre les médecins de Montpellier, et plus généralement étrangers, se retrouvent dans les libelles que la Faculté de médecine de Paris publiait contre Théophraste Renaudot et ses « adhérents », et auxquels Guy Patin prêtait bien volontiers son anonyme plume (non sans être parfois démasqué par ses adversaires).

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Claude II Belin, le 12 septembre 1646. Note 8

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0135&cln=8

(Consulté le 22.09.2021)

Licence Creative Commons