À André Falconet, le 4 août 1665
Note [8]

La Grande Peste de Londres (Great Plague) avait commencé au printemps de 1665 et ne fut considérée comme éteinte qu’en février 1666. En août, à l’acmé de l’épidémie, on compta jusqu’à 6 000 décès par semaine. Le nombre total des morts a été estimé à plus de 100 000. Daniel Defoe a conté la catastrophe par le menu dans son Journal of the plague year [Journal de l’année de peste] (1722). En date du 7 juin, 17 juin nouveau style, Samuel Pepys notait dans son Journal (page 278) :

« Ce fut hier la journée la plus chaude que j’aie vue de ma vie. Tout le monde dit qu’on n’a jamais connu pareille chaleur en Angleterre au début de juin. […] Aujourd’hui, bien malgré moi, j’ai vu dans Drury Lane deux ou trois maisons avec une croix rouge sur la porte et l’inscription “ Dieu ait pitié de nous ”. Triste spectacle, le premier de cette sorte que je voie, autant qu’il m’en souvienne. Je n’osai bientôt plus respirer, à tel point que je crus bon d’acheter un rouleau de tabac pour chiquer, et mon appréhension se dissipa. »

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À André Falconet, le 4 août 1665. Note 8

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0830&cln=8

(Consulté le 28.01.2023)

Licence Creative Commons