Autres écrits : Une thèse cardinale de Guy Patin :
« La Sobriété » (1647), note 81.
Note [81]

Sénèque le Jeune, Lettres à Lucilius, épître xcv, § 33, contre les combats de gladiateurs :

Homo, sacra res homini, iam per lusum ac iocum occiditur et quem erudiri ad inferenda accipiendaque vulnera nefas erat, is iam nudus inermisque producitur satisque spectaculi ex homine mors est.

[L’homme, cet être sacré pour l’homme, est tué par jeu et par divertissement. L’homme avait appris qu’il est sacrilège d’infliger ou d’endurer des blessures, mais on l’exhibe nu et sans armes, et on est satisfait d’assister à sa mise à mort].

L’essence divine de l’homme terrestre est un enseignement du Nouveau Testament. L’expression θεος επιγειος (théos épigéïos) n’y figure pas, mais saint Paul en a bien exprimé l’idée dans sa Seconde épître aux Corinthiens (5:1) :

« Nous savons, en effet, que, si cette tente, notre demeure terrestre [épigéïos], vient à être détruite, nous avons une maison qui est l’ouvrage de Dieu [théou], une demeure éternelle qui n’est pas faite de main d’homme, dans le ciel. »

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Autres écrits : Une thèse cardinale de Guy Patin :
« La Sobriété » (1647), note 81.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=8223&cln=81

(Consulté le 15/04/2024)

Licence Creative Commons