À Charles Spon, le 16 juillet 1658
Note [9]

On va voir dans la suite des lettres, en dépit de tout l’acharnement que Guy Patin a mis à réfuter le fait, que cette maladie de Louis xiv, survenue après la bataille des Dunes et de la prise de Dunkerque, allait porter un coup fatal aux ennemis de l’antimoine.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 16 juillet 1658. Note 9

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0530&cln=9

(Consulté le 08.12.2022)

Licence Creative Commons