À André Falconet, le 29 décembre 1666, note 9.
Note [9]

En fuyant son insupportable mari, Armand-Charles de La Meilleraye, duc Mazarin, Hortense Mancini s’engageait dans une longue dispute dont elle a narré les méandres dans ses Mémoires.

Divorce est à prendre ici dans le sens de « séparation de corps et de biens du mari d’avec la femme, le lien du mariage subsistant toujours. Ces gens mariés n’ont pu s’accorder, ils ont fait divorce et ils vivent chacun à part » (Furetière).

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À André Falconet, le 29 décembre 1666, note 9.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0896&cln=9

(Consulté le 21/04/2024)

Licence Creative Commons