À Johann Georg Volckamer, le 24 décembre 1649
Note [9]

Guy Patin ignorait que l’Examen Panaceæ Amwaldinæ, habitum ad instantiam magnorum virorum a Philippo Scherbio. Amwaldinus secum ipse pugnat [Examen de la Panacée d’Amwald, prononcé par Philipp Scherbe à l’instance de grands hommes. Amwald se combat lui-même] se lisait à la fin (pages 175‑199) des Philippi Scherbii Theses Medicæ… [Thèses médicales de Philipp Scherbe…], recueil qu’il avait déjà demandé à Johann Georg Volckamer (v. supra note [1]).

Georg Amwald, avocat allemand natif de Durnhoff au xvie s., se convertit en charlatan paracelsiste et inventa dans les années 1580 une panacée à base de cinabre (sulfure rouge de mercure), qui lui valut un grand renom et de nombreux ennemis.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Johann Georg Volckamer, le 24 décembre 1649. Note 9

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=1049&cln=9

(Consulté le 25.11.2020)

Licence Creative Commons