À Werner Rolfinck, le 8 février 1662, note 1.
Note [1]

Sur le manuscrit, Guy Patin a demandé à son scribe d’ajouter l’adjectif anatomicos [anatomiques] après opusculos [opuscules] : détail certes infime, mais délicatesse qui fait sourire quand on se souvient que de ces deux ouvrages expédiés pour Werner Rolfinck à Johann Georg Volckamer cinq ans auparavant (v. notes [1], lettre latine du 6 avril 1657, pour l’annonce, et [4], lettre latine du 22 février 1658, pour l’accusé de réception), l’un était effectivement anatomique, mais l’autre ne l’était pas du tout, s’agissant des Épîtres amoureuses d’Aristénète (v. note [10], lettre 901). Rolfinck avait beaucoup tardé à le remercier, mais Patin n’osait pas, semble-t-il, en faire le reproche à un collègue si éminent, dont la gratitude le flattait au plus haut point.

Rolfinck avait curieusement fini par renvoyer ces deux ouvrages à Patin en 1663 : v. note [1], lettre latine 216.

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Werner Rolfinck, le 8 février 1662, note 1.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=1210&cln=1

(Consulté le 21/04/2024)

Licence Creative Commons