Autres écrits : Consultations et mémorandums (ms BIU Santé  2007) : 6, note 2.
Note [2]

Les deux signatures sont autographes. En 1632, Nicolas Piètre était le seul de cette grande famille qui pouvait avoir consulté avec Guy Patin (v. note [3], consultation 4).

Le diagnostic de fièvre continue putride (synoque), avec somnolence et diarrhée, peut orienter vers une fièvre typhoïde (v. note [1], lettre 717) ou vers un typhus (v. note [28], lettre 172) ; mais le principal (sinon unique) intérêt de cette consultation est de montrer le respect de Patin envers son bien-aimé maître Piètre. Il signait en effet une prescription contenant des recommandations qui n’ont pas fait partie de sa pratique ultérieure : ventouses (v. note [70] des Préceptes particuliers d’un médecin à son fils), et surtout la curieuse (voire magique) application d’un épithème vinaigré (v. note [1], consultation 1) sur le crâne rasé du malade.

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Autres écrits : Consultations et mémorandums (ms BIU Santé  2007) : 6, note 2.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=8136&cln=2

(Consulté le 20/05/2024)

Licence Creative Commons