Autres écrits
Consultations et mémorandums (ms BIU Santé  2007) : 6  >

Codes couleur
Citer cet écrit
Imprimer cet écrit
Imprimer cet écrit avec ses notes

 

[Ms BIU Santé 2007, fo 240 ro | LAT | IMG]

Fièvre continue putride
[consultation, 1632] [a][1][2]

C’est une bien grave maladie qui frappe l’honnête homme sur la santé de qui nous sommes consultés : il s’agit d’une fièvre continue et, qui plus est, putride, [1] à laquelle se sont associés des symptômes qui sont loin d’être bénins, principalement un délire et une propension à dormir, avec flux de ventre. [3] La cause de la fièvre est de haute gravité, s’agissant d’une putréfaction considérable ; néanmoins, nous espérons que la singulière bienveillance de Dieu et votre talent permettront à cet honorable malade de se rétablir, et ce d’autant que, déjà, la maladie s’est atténuée, que les symptômes s’en sont adoucis, que le délire a disparu et que le patient n’est plus si fort enclin au sommeil. On l’a saigné à de nombreuses reprises, [4] on lui a purgé l’intestin une fois ; [5] mais si cette ardeur fébrile persiste, il faudra assurément soustraire ce qui la nourrit encore, en saignant à nouveau des deux bras, et, surtout, en expulsant l’ordure bilieuse [6] qui est renfermée dans les conduits des viscères et qui, en y pourrissant, semble avoir embrasé la fièvre. La bile sera aussi évacuée, non tant par le lavement [7] que par une potion cathartique [8] composée d’une dilution de casse dans une infusion de séné et de rhubarbe. [9][10][11] On y ajoutera des épithème d’oxycrat tiède dont on baignera les hypocondres. [12][13][14] On ordonnera des frictions de bas en haut, on rasera les cheveux et on tiendra au chaud la tête, ainsi tondue, avec de l’oxycrat tiède. On appliquera des ventouses [15] aux omoplates après avoir incisé superficiellement la peau avec un scalpel. Ces derniers remèdes seront à administrer si la léthargie subsiste. [16] Le malade observera la diète réfrigérante et humidifiante que vous avez prescrite, [17] mais en petite quantité, sans consommer d’aliments trop solides tant que la fièvre ne se sera pas éteinte. Puisse Dieu imprimer sa force aux remèdes.

De Paris, ce 1er de novembre 1632.

N. Piètre, [18]          Patin. [2]

> Retour au sommaire des 21 consultations et mémorandums  


Écrire à l'éditeur
Licence Creative Commons "Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron" est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.
Une réalisation
de la BIU Santé
×
     [1] [2]   Appel de note
    [a] [b]   Sources de la lettre
    [1] [2]   Entrée d'index
    Gouverneur   Entrée de glossaire

× Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Autres écrits. Consultations et mémorandums (ms BIU Santé 2007) : 6

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=8136

(Consulté le 25.10.2020)