À Claude II Belin, le 7 novembre 1659
Note [3]

Les ouvrages cités ici sont dans l’ordre :

  • Vitæ Germanorum philosophorum… [Vies des philosophes allemands…] (Heidelberg, 1615, v. note [2], lettre de Charles Spon, le 15 janvier 1658) de Melchior Adam (avec probable étourderie de Guy Patin, qui a écrit philologorum pour phillosophorum, car aucun titre d’Adam ne traite « des philologues allemands ») ;

  • Valerii Andreæ Desselii I.C. Bibliotheca Belgica : de Belgis vita scriptisque clarissimis. Præmissa Topographica Belgii totius seu Germaniæ inferioris Descriptione. Editio renovata, et tertia parte auctior [La Bibliothèque flamande de Valerius Andreas (Walter Driessens, 1588-1655), jurisconsulte de Dessel (province d’Anvers) : sur les Flamands, leur vie et leurs écrits les plus brillants. Précédée d’une Description topographique de la Flandre, ou Germanie inférieure. Édition revue et augmentée d’une troisième partie] (Louvain, Jacobus Zegers, 1643, in‑4o) ; la vie d’Érasme et la liste de ses œuvres s’y trouvent pages 174‑183 ;

  • Aubert Le Mire (1573-1640, théologien anversois), Elogia Belgica, sive Illustrium Belgii scriptorum, qui vel Ecclesiam Dei propugnarunt, vel disciplinas illustrarunt, vitæ breviter commemoratæ [Éloges belges, ou les vies brièvement commémorées des écrivains illustres de Belgique qui ou bien ont combattu pour l’Église de Dieu, ou bien se sont distingués par leurs enseignements] (Anvers, 1609, in‑4o) ;

  • Franz Sweerts (1567-1629) Athenæ Belgicæ sive Nomenclator Infer. Germaniæ scriptorum, qui disciplinas philologicas, philosophicas, theologicas, iuridicas, medicas et musicas illustrunt. Franciscus Sweertius Antverp. pro suo in patriam et literas adfectu digessit et vulgavit. Accessit eodem auct. succincta xvii. eiusdem Inf. Germ. provinciar. nec non præcipuarum orbis bibliothecarum et academiarum luculenta descriptio [L’Athènes belge ou le nomenclateur des écrivains de Basse-Allemagne qui ont donné du lustre aux disciplines philologiques, philosophiques, théologiques, juridiques, médicales et musicales. Franz Sweerts d’Anvers l’a classé et l’a publié pour son affection à l’égard de la patrie et des lettres. Avec, du même auteur, une courte et brillante description des 17 provinces de Basse-Allemagne, ainsi que des principales bibliothèques et universités du monde] (Anvers, Guillelmus a Tungris, 1628, in‑fo) ;

  • Marck Zuerius Boxhorn (v. note [1], lettre 349), Monumenta illustrium virorum, et elogia [Monuments et éloges des hommes illustres] (Amsterdam, 1638, in‑fo) ;

  • je n’ai pas trouvé ce que Patin entendait par les Éloges de Théodore de Bèze.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Claude II Belin, le 7 novembre 1659. Note 3

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0584&cln=3

(Consulté le 06.12.2021)

Licence Creative Commons