À Sebastian Scheffer, le 14 juillet 1664
Note [4]

Ces ouvrages étaient, dans l’ordre de citation :

  • De Rabie contagiosa magni momenti affectu discursus, cui epistola de plantarum ex seminibus generatione præposita est, qua detegitur, in vocatis seminibus contineri plantas verè conformatas, ut dicunt, actu. Auctore Præstantissimi Philosophi et Medici Favorini Filio Josepho de Aromatariis Assisinate [Discours sur la rage contagieuse, maladie de grande importance ; devant lequel on a mis une lettre sur la génération des plantes à partir des graines, où il est montré que lesdites graines contiennent les plantes vraiment formées de fait, comme on dit. Par Josephus de Aromatariis, natif d’Assise, {a} fils de Favorinus, très éminent médecin et philosophe] ; {b}

  • Joannis Guidii Volaterrani IC. de Mineralibus tractatus absolutissimus : in libros quatuor divisus. In quorum i. agitur de Metallariis, de Artificibus Metallorum, de Alchimistis. In ii. de Metallis, de Auro et Argento, de Gemmis, de Ferro et Armis, de Salinis. In iii. de Moneta, de Thesauris, de rebus aureis et argenteis, de Ornamentis, de Vestibus Auratis. In iiii.  de Publica Utilitate, de Privata Utilitate. Opus diu desideratum, à præclarissimis JC. summis laudibus insignitum, nunc tandem temporis prima vice prælo diligenter submissum, et in lucem editum. Cum duobus Indicibus, quorum unum Titulorum, alter Rerum notabilium [Traité absolument complet de Johannes Guidius, jurisconsulte natif de Volterra, {c} des Minéraux, divisé en quatre livres. Le 1er traite des Mines, des Ouvriers des mines, des Alchimistes ; le 2e, des Métaux, de l’Or et de l’Argent, des Pierres précieuses, du Fer et des Armes, des Mines de sel ; le 3e, des Monnaies, des Trésors, des choses en or et en argent, des Ornements, des Vêtements dorés ; le 4e, du Profit public, du Profit privé. Ouvrage longtemps désiré, que les plus éminents jurisconsultes ont signalé par de grandes louanges, enfin diligemment publié et imprimé pour la première fois. Avec deux index, dont l’un contient les titres et l’autre, les choses remarquables] ; {d}

  • Alberti Ottonis Fabri medici regii exer. Suec. Paradoxon de morbo Gallico libr. ii [Paradoxe sur le mal français {e} en deux livres d’Albertus Otto Faber, {f} médecin royal des armées suédoises] ; {g}

  • c’est sous la plume d’un autre Faber, prénommé Pierre-Jean, docteur de Montpellier et médecin de Castelnaudary, qu’on trouve plusieurs ouvrages de médecine spagirique (Palladium Spagyricum, 1624, Chirurgia Spagyrica, 1626, Myrothecium Spagyricum, 1628, Hydrographum Spagyricum, 1639), mais aucun qui porte le titre de Pathologia ; en outre, je ne vois pas pourquoi Guy Patin aurait cherché en Allemagne les livres de ce médecin parus à Toulouse depuis tant d’années.


    1. Gioseffe de gli Aromatari, médecin de Venise (vers 1588-1660).

    2. Francfort, Johann Beyer, 1626, in‑4o.

    3. Johannes Guidius (Giovanni Guidi), jurisconsulte natif de Volterra en Toscane.

    4. Francfort, Egenolphus Emmelius, 1627, in‑4o ; précédente édition à Venise, Thomas Ballionus, 1625, in‑4o.

    5. (la syphilis)

    6. Albert Otto Faber (1612-1684)

    7. Altena, Victor de Leeu, 1660, in‑4o, entièrement en allemand (seul le titre est en latin) ; traduction anglaise, Londres, 1662, in‑12 ; seul livre de Faber publié à l’époque.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Sebastian Scheffer, le 14 juillet 1664. Note 4

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=1337&cln=4

(Consulté le 15.06.2021)

Licence Creative Commons