Autres écrits : Ana de Guy Patin :
Borboniana 10 manuscrit
Note [46]

La dédicace (pages 18‑20) des Nugæ [Sornettes] de Nicolas Bourbon l’Ancien {a} est intitulée :

Nicolaus Borbonius Vandoperanus, Francisco Tuano Parisiensi, iuveni modestissimo, D. Lautreci a secretis Sal.

[Nicolas Bourbon, natif de Vendeuvre, adresse ses salutations à Françiscus Tuanus, {b} très vertueux jeune homme parisien, secrétaire de M. de Lautrec]. {c}


  1. Lyon, 1538, v. supra note [39].

  2. V. seconde notule {c} infra pour l’obscurité qui nimbe ce supposé François de Thou.

  3. V. infra note [47] pour les Lautrec.

Datée de Lyon, le 29 juillet 1538, elle commence ainsi :

Cum Nugas tenue<r>is meas, quibus olim, ut per ætatulam licuit, jocatus sum, studiosæ iuventutis manibus teri passim, atque adeo plerisque esse in delitiis animadverterem, cœpi eas recognoscere. Quid multa ? Vapularunt egregie. Severum enim iudicem me præstiti, etiam in iis, quæ non egere lima videbantur, vel in quibus merito Suffenus esse potuissem. Quod autem unum volumen erat, planeque (ut ille ait) rudis indigestaque moles, nunc in aliquot libellos digestum ad te venit, Tuane iuvenum candidissime.

[Puisque tu as prêté attention à mes Nugæ, que je me suis jadis amusé, quand l’âge tendre me le permettait, à faire user par les mains de mes jeunes écoliers, {a} et comme je me rendais compte qu’elles contiennent quantité d’agréments, j’ai entrepris de les réviser. Pourquoi y en a-t-il tant ? Je les ai cependant étrillées de belle manière : je me suis montré juge sévère, même pour celles qui ne semblaient pas avoir besoin d’être corrigées, ou pour celles dont j’aurais pu me sentir Suffenus. {b} Clairement (comme dit celui-là), étant donné que toutes ces pièces réunies en un unique volume formaient une masse brute et confuse, elle te parvient maintenant, cher de Thou, {c} toi le plus aimable des jeunes gens, digérée en quelques petits livres].


  1. Bourbon laisse entendre qu’il a d’abord composé ses Nugæ pour entraîner plaisamment ses écoliers à la pratique du latin.

  2. V. infra note [48], notules {a} et {b}, pour une explication détaillée de ce nom.

  3. Il est à bien remarquer que, dans la préface des Nugæ, le patronyme de ce Franciscus Thuanus, François de Thou, est partout orthographié Tuanus (sans h). Dans sa généalogie détaillée des de Thou (Thuani), Popoff {i} ne recense aucun François (Franciscus) qui fût apparenté à Christophe. L’index français de l’Histoire universelle de Jacques-Auguste i de Thou ne contient pas non plus d’entrée sur ce membre de sa famille.

    Un manuscrit de l’historien Louis-Julien Morin de La Beauluère (1798-1861), transcrit à la page 24 de ses Études sur les communautés et chapitres de Laval, {ii} rapporte néanmoins que le cercueil de Guy de Laval {iii} portait une épitaphe signée Franciscus de Thou.

    1. Prosopographie des gens du Parlement de Paris, tome i, no 155.

    2. Laval, L. Moreau, 1891, in‑8o de 391 pages.

    3. Mort en 1547, gendre d’Odet de Lautrec.

La Bibliotheca Thuana était la bibliothèque de la famille de Thou, gardée et entretenue par les frères Pierre et Jacques Dupuy (v. note [5], lettre 181). Sa richesse était impressionnante, comme en témoigne le :

Catalogus Bibliothecæ Thuanæ a Clariss. VV. Petro et Iacobo Puteanis, ordine alphabeltico primum distributus. Tum secundum scientias et artes a Clariss. Viro Ismaele Bullialdo digestus. Nunc vero editus a Iosepho Quesnel, Parisino et Bibliothecario. Cum indice alphabetico Authorum.

[Catalogue de la Bibliotheca Thuana : d’abord rangé dans l’ordre alphabétique par les très distingués MM. Pierre et Jacques Dupuy ; ensuite classé suivant les sciences et les arts par le très distingué M. Ismaël Boulliau ; {a} et que voici maintenant édité par Joseph Quesnel, {b} bibliothécaire parisien. Avec un index alphabétique des auteurs]. {c}


  1. Le savant Boulliau a correspondu avec Guy Patin.

  2. Dans sa préface datée du mois de juin 1679, en l’hôtel des de Thou, Quesnel les remercie de lui avoir confié la garde de leur bibliothèque.

  3. Paris, aux dépens de sa direction, 1679, in‑8o en deux parties de 510 et 632 pages.

    Je n’y ai rien vu de ou sur Franciscus Thuanus ou Tuanus.


Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Autres écrits : Ana de Guy Patin :
Borboniana 10 manuscrit. Note 46

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=8211&cln=46

(Consulté le 26.09.2022)

Licence Creative Commons