À Charles Spon, le 7 juin 1649, note 5.
Note [5]

« aux côtés de mes très doux parents et de ceux qui me sont les plus chers, au rang desquels vous détenez la première place, et dont vous conduisez la troupe. »

Son cabinet, ou bureau particulier, était la retraite favorite de Guy Patin : v. note [47] du Faux Patiniana II‑1.

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 7 juin 1649, note 5.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0180&cln=5

(Consulté le 20/05/2024)

Licence Creative Commons