PrésentationMode d’emploiServices associésRéutilisations

Liste des chapitres

Catalogue des ouvrages en relation avec celui-ci
Liste des pages de ce livre | Cliquez ici pour telecharger tout ou partie de ce document au format Adobe PDF (Acrobat) PDF

Robert, Marin, Jacques, Clair. De la vieillesse
1777.

 
Nombre de pages : 467            1-467
[sans numérotation] De la vieilllesse
[sans numérotation] [Page de titre]
[sans numérotation] Table des lettres
ix Lettre préliminaire
[sans numérotation] De la vieilllesse.Lettre première. Pourquoi l'on redoute si fort la vieillesse ?
4 Lettre II. La vieillesse a ses plaisirs
9 Lettre III. De l'utilité du travail dans la jeunesse, pour se rendre la vieillesse agréable
15 Lettre IV. Les maladies des vieillards sont moins nombreuses et moins vives que celles de la jeunesse
19 Lettre V. La théorie de la vieillesse
25 Lettre VI. Des effets du mouvement par rapport à la conservation et à la destruction du corps humain
30 Lettre VII. Le mouvement est plus vif et plus précipité dans les enfans que dans les vieillards
38 Lettre VIII. Il y a une dose de sensibilité et de mouvement plus forte dans l'embrion, que dans le vieillard
44 Lettre IX. Il y a plusieurs centres d'action dans le corps humain
52 Lettre X. Le plus ou moins d'action dans l'organe intérieur change la forme des maladies
58 Lettre XI. Des années climatériques
67 Lettre X. Des causes des grandes révolutions qui se font dans les années climatériques
80 Lettre XIII. Récapitulation de ce qui a été dit dans les douze premières Lettres
86 Lettre XIV. Ce n'est qu'en voyant des malades, que l'on peut se former quelque idée des lois de l'économie animale
94 Lettre XV. Que toutes les maladies ont à-peu-près la même cause et la même marche
109 Lettre XVI. L'état des liqueurs du corps humain influe beaucoup sur le caractère des maladies
120 Lettre XVII. Des rapports qu'ont quelques maladies de l'enfance avec celles de la vieillesse
131 Lettre XVIII. La sobriété est nécessaire aux personnes qui approchent de soixante ans
143 Lettre XIX. Du danger des veilles pour les vieillards
155 Lettre XX. Il vaut mieux que les vieillards fassent plusieurs repas qu'un seul
164 Lettre XXI. Le vin est bon aux vieillards
174 Lettre XXII. Du régime que doivent observer les vieillards
192 Lettre XXIII. En général la saignée ne convient pas aux vieillards
205 Lettre XXIV. Il faut user avec circonspection des vomitifs et des purgatifs par rapport aux vieillards
216 Lettre XXV. De l'apoplexie
232 Lettre XXVI. L'apoplexie n'exige pas plus que les autres maladies aigues, une médecine active
239 Lettre XXVII. Du catharre
253 Lettre XXVIII. La sueur est nécessaire pour guérir les catharres
261 Lettre XXIX. Pourquoi l'usage des vomitifs et des purgatifs devient nécessaire pour la guérison de certains catharres
271 Lettre XXX. De la pierre
292 Lettre XXXI. Des causes de la dysurie, strangurie et pissemens de sang
304 Lettre XXXII. Quelle considération mérite l'opinion des Anciens, qui font dépendre de l'intempérie du foie les dartres et autres maladies de la peau
319 Lettre XXXIII. Des dartres
333 Lettre XXXIV. Pourquoi les remèdes agissent plus promptement au commencement de leur traitement qu'à la fin
350 Lettre XXXV. La partie muqueuse est la matrice et l'aliment du virus dartreux. Son abondance favorise son développpement
361 Lettre XXXVI. Quelles sont les indications que fournissent les dartres pour leur traitement
368 Lettre XXXVII. De l'hydropysie. Des causes de la soif, et de la sécheresse de la langue qui l'accompagnent
381 Lettre XXXVII I. Des causes de l'hydropisie. Quelle peut être la source des eaux dont elle est formée ?
396 Lettre XXXIX. Du traitement de l'hydropisie
410 Lettre XL. Quelles inductions l'on peut tirer des secours utiles aux noyés pour le traitement de l'hydropisie
418 Lettre XLI. Des écoulements par les yeux et les oreilles
430 Lettre XLIII. Du traitement qui convient aux vieillards dans les maladies aïgues
[sans numérotation] Approbation. Privilège du Roi
Nombre de pages : 467            1-467