PrésentationMode d’emploiServices associésRéutilisations

Liste des chapitres

Catalogue des ouvrages en relation avec celui-ci
Liste des pages de ce livre | Oto-rhino-laryngologie Cliquez ici pour telecharger tout ou partie de ce document au format Adobe PDF (Acrobat) PDF

Seguin, Edouard O. Jacob Rodrigues Pereire, premier instituteur des sourds et muets en France (1744-1780)
Paris : J.-B. Baillière, 1847.

 
Nombre de pages : 359            1-359
[sans numérotation] [Page de faux-titre]
[sans numérotation] Ouvrages du même auteur
[sans numérotation] [Page de titre]
1 [Avant-propos]
15 Notice sur Jacob Rodrigues Pereire
16 Cause et dévouement de Pereire aux sourds et muets
17 Ses premiers travaux dans l'art d'instruire et de faire parler ces infortunés
20 Son premier élève, Aaron Beaumain
22 Son second élève, D'azy d'Etavigny
23 Première convention passée entre M. Pereire et M. D'Azy d'Etavigny
28 Discours de R.P. Dom Cazeaux, présente Pereire et son élève d'Etavigny à l'Académie de Caen
35 Discours de Pereire à l'Académie
38 Rapport de l'Académie sur sa méthode
44 Le vice-roi de Sicile fait ofrir à Pereire d'élever sa fille
46 Pereire préfère achever la démonstration de sa méthode sur le jeune d'Etavigny
49 Arrivée de l'élève à Paris
50 Présentation à l'Académie Royale des sciences
51 Discours sur sa méthode devant l'Académie royale des sciences
57 Rapport de Buffon, Mairan et Ferrein sur la méthode de Pereire
60 Opinion du Journal des savants
61 Le roi veut voir Pereire
63 Lettres du ministre d'Argenson
64 Le duc de Chaulnes confie à Pereire Saboureux de Fontenay
65 Histoire de Saboureux
70 Extrait des registres de l'Académie royale des sciences, du 27 janvier 1751. Deuxième rapport de Buffon, Mairan et Ferrein
79 Le R.P. Vanin donne à Saboureux des idées païennes sur la divinité, rectification de Pereire
84 Progrès de Saboureux de Fontenay, qui élève lui-même d'autres sourds et muets
86 Vers adressés à Fontenay
87 Pension accordée à l'inventeur
90 Opinion de J-J. Rousseau et de Diderot sur Pereire
91 Opinion du savant physiologiste Lecat
95 Opinion de Fréron et du P. André
96 Pereire envoie à l'Académie un mémoire sur la manière de suppléer à l'action du vent sur les vaisseaux de haut-bord
99 Il remporte l'accessit après Euler et Bernouilli
102 Il est choisi pour agent de la nation juive-portugaise à Paris
103 Le comte Saint-Florentin lui confie Marie-Madeleine Marois
104 L'abbé Lerat de Magnitot lui confie sa nièce
105 Progrès de cette personne racontée par son frère, actuellement juge de paix honoraire du 2ème arrondissement de la ville de Paris
108 Pereire associe sa famille à son travail
111 Son voyage à Bordeaux, par congé ministériel, pour y instruire des sourds et muets. Réponse de M. le comte de Saint-Florentin à Pereire
116 Le roi de Pologne désire voir Pereire
121 Le premier rival de Pereire présente à l'Académie des sciences les élèves dont celui-ci a commencé l'éducation à Bordeaux
125 Rapport de Clairaut et Bezout qui réintègre Pereire dans ses droits de premier inventeur. Extrait des registres de l'Académie royale des sciences du 2 mars 1763
127 Education du jeune Solier
129 L'Académie royale des sciences présente Pereire comme candidat à la place de membre correspondant de la société royale de Londres
130 Il est nommé membre de la Société royale de Londres
131 Il est nommé interprète du Roi
133 Il se marie
137 Le Duc de Saint-Aignan lui confie le jeune de La Voulte
138 Présentation des élèves de Pereire au roi de Suède
139 Lettre de La Condamine
140 Education de mademoiselle Gerde
141 Pereire chargé de l'éducation religieuse de cette demoiselle
142 Son respect pour la religion de ses élèves
144 Témoignage des ecclésiastiques les plus orthodoxes à cet égard
146 L'abbé de l'Epée attaque Pereire
151 L'abbé de l'Epée est soutenu dans cette attaque par les matérialistes
154 Lettres de Pereire au sujet de ces attaques
162 L'abbé Deschamps publie, sur les indications de Pereire, une méthode d'instruire les sourds et muets
164 Les mémoires de Pereire sont traduits en allemand. Des écoles des sourds et muets s'élèvent dans toute l'Europe
165 Pereire rédige un mémoire sur les finances
168 Il construit une machine à calculer
170 M. de Sartine lui ordonne de compléter son mémoire sur les moyens de suppléer à l'action du vent dans la navigation et de construire le modèle de son système
180 Pereire obtient l'ordonnance qui ouvre le premier cimetière légal aux Israélites
186 Mort de Jacob-Rodrigues Pereire
193 Efforts de son jeune fils perpétuer sa méthode
208 La veuve de son fils se joint à M.J. Rodrigues pour rappeler le mémoire de Pereire
233 Les petits-fils de Pereire font venir Mademoiselle Marois à Paris, pour apprendre d'elle la méthode de leur aïeul
236 Mademoiselle Marois ne se rappelle que les signes de la dactylologie, et la famille Pereire remet cette partie de la méthode perdue entre les mains de l'abbé Perrier, directeur de l'Institut royal des sourds et muets de Paris
241 Analyse raisonnée de la méthode de Pereire
244 Premier interrogatoire par écrit, subi par le nommé Defaye, sourd et muet élevé dans l'abbaye de Saint-Jean d'Amiens
245 Deuxième interrogatoire, également écrit, et portant pour suscription : questions pour le muet d'Amiens
248 Tentatives des savants pour instruire les sourds de naissance par la voie physiologique, en leur restituant la fonction et la faculté de la parole
250 Pereire suit la voie indiquée par les physiologistes
254 Du diagnostic propre et différentiel de la surdité
263 De la dactylologie
279 De l'enseignement de la parole
281 De l'articulation
283 De la voix
288 De l'intonation et de l'accent
293 Critique des signes prétendus naturels ou méthodiques
294 Rôle des signes dans la méthode de Pereire
320 Enseignement logique de Pereire
333 Résumé de sa méthode
339 Causes qui ont empêché d'y avoir recours
342 Moyens de revenir à la méthode de Jacob-Rodrigues Pereire
351 Table des matières
Nombre de pages : 359            1-359