L. latine 303.  >
À Jacques de La Fosse,
le 27 juin 1664

[Ms BIU Santé no 2007, fo 171 vo | LAT | IMG]

Au très distingué M. Jacques de la Fosse, à Sedan. [a][1]

Il va sans dire que c’était l’effet de votre gentillesse qui vous a valu de recevoir mon tout petit présent, mais voici que vous m’en récompensez et par un témoignage de votre amitié, et par une très élégante lettre. L’un et l’autre m’ont fait très grand plaisir, mais il me sera plus agréable encore que vous me donniez l’occasion d’en témoigner au grand jour. Sinon, mon zèle à votre égard en trouvera le moyen, ou la chance me l’indiquera. Il vous appartient pourtant de m’ordonner un autre service à vous rendre, de prendre les devants pour cela quand l’occasion s’en sera présentée à vous. Il m’appartiendra alors d’accomplir en toute diligence et en toute hâte ce que vous m’aurez ordonné ou commandé, ou du moins donné à entendre. Vale, très distingué Monsieur.

De Paris, le 27e de juin 1664.

Vôtre de tout cœur,

Guy Patin, docteur en médecine de Paris et professeur royal. [1][2]


a.

Brouillon autographe d’une lettre que Guy Patin a écrite à Jacques de la Fosse, ms BIU Santé no 2007, fos 171 vo.

1.

La Biographie ardennaise… par M. l’abbé Boulliot (Paris, Ledoyen, 1830, tome premier, page 421) n’explique pas la profonde reconnaissance de Guy Patin à l’égard de son correspondant. La Fosse évangélisait les réformés de Sedan depuis 1660 :

« Le 10 mai 1664, Louis xiv fit planter une croix sur la place d’armes, vis-à-vis du temple des calvinistes de Sedan. {a} L’année suivante, la reine mère, Anne d’Autriche, et la reine Marie-Thérèse en firent ériger deux autres : l’une sur la place de la Halle, en face de l’église paroissiale de Saint-Laurent, et l’autre sur la place du Rivage. De la Fosse saisit cette occasion pour adresser ces odes et une exhortation aux Sedanais hétérodoxes, afin de les attirer au giron de l’Église. »


  1. La Fosse a utilisé ses talents de poète latin pour publier des In cruces solemniter depactas Sedani, pia regis et reginarum munificentia odæ. Item, occasione arrepta salutiferi signi, parænesis lyrica ad Sedanenses heterodoxos, maxime ad ministros… [Odes sur les croix qu’on a solennellement plantées à Sedan, par la munificence du roi et des reines. Avec aussi l’exhortation, en saisissant l’occasion de ce symbole salutaire, à l’intention des Sedanais hétérodoxes, surtout des ministres…] (Paris, Gilles Blaizot, 1665, in‑4o). Ce fut le premier de quelques ouvrages de pieuse poésie, latine et française, qui parurent de son vivant.

Connaissant la bibliomanie de Patin, le plus vraisemblable est que ce bon prêtre, sans rapport avec ses pieuses occupations, lui avait envoyé un livre qu’il recherchait tout particulièrement ; mais c’est pure spéculation car aucun indice dans la Correspondance ne me l’a confirmé.

s.

Ms BIU Santé no 2007, fo 171 vo.

Viro clarissimo Iac. de la Fosse, Sedanum.

Scilicet tuæ humanitatis erat, ut non tamen munusculum exiguum
reciperes, sed etiam et amicitiæ testificatione et elegantissima Epistola
compensares : cùm utrumque mihi jucundissimum est, tum erit jucundius
si mihi id palam testandi occasionem dederis. Hoc nisi facis, aut meum erga
Te studium viam inveniet, aut fortuna monstrabit : Tuum a. officium
est alterum juvare, alteram data significatione anticipare : meum erit omni
diligentia atque festinatione aut iuventa aut imperata à Te, vel
saltem subindicata perficere. Vale, Vir Cl. Lut. Paris. v. Cal.
Iul. 1664.

Tuus ex animo, Guido Patin, Doctor Med. Paris.
et Professor regius.


Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Jacques de La Fosse, le 27 juin 1664

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=1336

(Consulté le 21/04/2024)

Licence Creative Commons "Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron." est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.