À Charles Spon, le 2 septembre 1644

Note [4]

V. notes [4], lettre 108, pour le très mauvais état où étaient les affaires de la couronne d’Angleterre, et [13], lettre 35, pour René Chartier qui avait été le médecin de Henriette-Marie de France, reine d’Angleterre.

Claude de Poix (Paris, vers 1587-ibid. 4 août 1653) avait été reçu docteur régent de la Faculté de médecine de Paris en 1616 (Baron). Richelieu avait appointé de Poix non comme médecin, mais comme agent secret ; en 1630, il avait essayé de le placer auprès de Henriette d’Angleterre ; mais le roi Charles ier, devinant un surveillant en cet Esculape (v. note [5], lettre 551), s’était empressé de l’évincer. Les deux médecins avaient quitté Paris le 5 août 1644 pour aller attendre Henriette-Marie à Angers et l’accompagner aux bains de Bourbon ; peut-être Poix était-il chargé secrètement par Mazarin de surveiller autre chose que la cure thermale (P. Delaunay, pages 248 et 180).


Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Lettre de Guy Patin à Charles Spon, le 2 septembre 1644, note 4.
Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0110&cln=4
(Consulté le 21.06.2021)

Licence Creative Commons "Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron" est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.