À Charles Spon, le 8 juillet 1650

Note [30]

Frankenthal, dans le Palatinat rhénan, est toute proche de Mannheim ; occupée par les Espagnols depuis 1623, sa restitution au Palatin avait été convenue par les traités de Westphalie ; mais ce fut le sujet d’interminables querelles, qui n’aboutirent à son évacuation définitive qu’en 1653 (Bogdan).

Pays calviniste, le Palatinat occupait une place à part entre les puissances luthériennes et catholiques de l’Empire. Le Palatin était alors Karl Ludwig (Heidelberg 1617-1680), membre de la grande dynastie allemande des Wittelsbach. À la suite des traités de Westphalie (octobre 1648), il venait de reprendre en partie la place de son père, Friedrich v, chassé de ses terres et déchu de son titre d’électeur palatin (Kurfürst von der Pfalz) au cours de la guerre de Trente Ans (1622). Le Palatinat (Pfalz) était alors réduit au Palatinat rhénan (Rheinpfalz, v. note [17], lettre 61), situé au nord de l’Alsace, et dont la principale ville était Mannheim ; le Haut-Palatinat (Oberpfalz), situé en Bavière orientale (et dont la capitale était Ratisbonne, Regensburg en allemand) avait été concédé à Maximilien de Bavière. L’électorat avait été plus difficile à recréer, mais on tomba d’accord pour en faire un 8e électorat de l’Empire, en l’assortissant de la charge de grand trésorier de l’Empire et en stipulant qu’à l’extinction de la ligne Wilhelmine de Bavière, le Haut-Palatinat rentrerait à la Maison palatine avec la dignité électorale, et qu’alors le 8e électorat serait éteint. Karl Ludwig était querelleur et lutta sans grand succès pour restaurer l’ancienne puissance du Palatinat. En 1657, après la mort de l’empereur Ferdinand iii, il disputa le droit de vicaire de l’Empire à l’électeur de Bavière. En 1665, il voulut exercer son hégémonie sur les riverains du Rhin, mais les trois électeurs ecclésiastiques et le duc de Lorraine prirent les armes pour défendre leurs sujets d’une pareille servitude ; ce différend fut apaisé en 1667, sous l’autorité de l’Empereur, par la médiation de la France et de la Suède. Karl Ludwig avait épousé le 20 février 1650, Charlotte, fille de Guillaume v, landgrave de Hesse-Cassel (morte en 1686). Leur fille, Élisabeth-Charlotte embrassa la religion catholique et fut mariée en 1671 à Philippe, duc d’Orléans. Cette alliance n’empêcha pas le Palatin de prendre parti contre la France dans la guerre de Hollande, ce qui mena à l’invasion et à la destruction du Palatinat (par incendie systématique) en 1674.


Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 8 juillet 1650, note 30.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0236&cln=30

(Consulté le 23/05/2024)

Licence Creative Commons "Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron." est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.