À André Falconet, le 28 février 1662

Note [7]

« Insinuer, en termes du Palais, signifie écrire un acte dans un registre afin qu’il devienne public et qu’il ne puisse être changé ni altéré. L’ordonnance veut qu’on insinue les donations entre vifs dans les quatre mois, à peine de nullité. Toutes les substitutions doivent être insinuées, soit qu’elles soient faites par contrat, soit par testament. Il faut insinuer tous les actes en matière bénéficiale, surtout les procurations pour résigner, les prises de possession, les nominations des gradués, etc. » (Furetière).

Guy Patin rappelait ici le généreux legs que Michel Le Masle, abbé des Roches, avait fait à la Faculté de médecine de Paris, en 1643, pour embellir les Écoles de la rue de la Bûcherie (v. notes [3], lettre 83, et [14] des Décrets et assemblées de 1650‑1651 dans les Commentaires de la Faculté).


Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À André Falconet, le 28 février 1662, note 7.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0728&cln=7

(Consulté le 20/05/2024)

Licence Creative Commons "Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron." est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.