À Johannes Antonides Vander Linden, le 22 novembre 1658

Note [1]

Guy Patin en voulait à Jean Elsevier de ne pas avoir tenu son engagement envers Johannes Antonides Vander Linden quand il lui avait confié sa lettre : au lieu de la faire porter à Paris par ses commis voyageurs, il l’avait confiée à la poste, avec l’inconvénient pour le destinataire d’avoir à en régler les frais de port.

Patin s’y résignait à contrecœur et demandait donc à Linden de recourir désormais à la voie postale, sauf s’il trouvait un messager plus fiable qu’Elsevier. Il est revenu sur la question dans sa lettre latine 116 (v. sa note [1]).


Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Johannes Antonides Vander Linden, le 22 novembre 1658, note 1.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=1144&cln=1

(Consulté le 18/04/2024)

Licence Creative Commons "Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron." est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.