Épices
Aujourd’hui se dit au Palais des salaires que les juges se taxent en argent au bas des jugements, pour leur peine d’avoir travaillé au rapport et à la visitation des procès par écrit (Furetière).