L. 790.  >
À Charles Spon,
le 1er août 1664

Codes couleur
Citer cette lettre
Imprimer cette lettre
Imprimer cette lettre avec ses notes

 

Monsieur, [a][1]

L’entrée du légat [2] a été différée. Il est à Fontainebleau [3] où il traite de ses affaires avec Messieurs les députés du Conseil. On dit qu’il fut hier enfermé trois heures dans son cabinet avec M. de Lionne. [4] Tout le monde parle de son entrée, mais personne n’en sait rien. Se fera-t-elle ou non ? c’est un grand problème. Mais en attendant que le temps nous en éclaircisse, je vous dirai que les jacobins du faubourg Saint-Honoré [5][6][7] ont perdu leur procès à la Grand’Chambre et qu’ils sont obligés de déguerpir du mont Valérien, [8] qu’ils avaient occupé par force sur les prêtres reclus et les ermites qui y demeuraient, et qui en avaient été chassés par ces maîtres moines. Ne diriez-vous pas qu’ils se persuadent que tous les biens sont communs et qu’il n’est question que de prendre ? On se loue ici de la justice que la Cour a rendue en cette occasion. [1] Je suis, etc.

De Paris, ce 1er août 1664.


Écrire à l'éditeur
Licence Creative Commons "Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron" est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.
Une réalisation
de la BIU Santé
×
     [1] [2]   Appel de note
    [a] [b]   Sources de la lettre
    [1] [2]   Entrée d'index
    Gouverneur   Entrée de glossaire

× Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 1er août 1664

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0790

(Consulté le 18.01.2020)