L. 860.  >
À André Falconet,
le 16 mars 1666

Codes couleur
Citer cette lettre
Imprimer cette lettre
Imprimer cette lettre avec ses notes

 

Monsieur, [a][1]

Ce 13e de mars. On ne parle ici que de services pour la feu reine mère [2] et de plusieurs harangues funèbres pour honorer sa mémoire, mais on n’en a encore imprimé aucune. Néanmoins, on espère d’avoir bientôt celle du P. Senault, [3] qui est le général des pères de l’Oratoire[4] et celle que le P. Faure, [5] évêque d’Amiens, [6] a prêchée à Saint-Denis. [1][7] Toutes les paroisses, les monastères et les chapitres ont fait faire de somptueux services à leurs dépens, et entre autres les bénédictins[8] les chartreux[9] les feuillants et autres moineries[10] excepté toutefois les jésuites [11] qui n’ont point branlé ; [2] je crois néanmoins qu’ils n’ont point laissé de prier Dieu pour son âme, pour tant d’affection qu’elle a eue pour eux en les défendant, comme elle a fait, de son autorité contre les jansénistes [12] qui autrement les auraient maltraités sur leur morale et autres livres de théologie avec lesquels ils s’en voulaient faire accroire.

J’ai rencontré ce matin notre M. Blondel [13] à la messe dans les Blancs-Manteaux [14] et nous en sommes sortis ensemble. Il m’a dit que le mois prochain, il commencera à faire imprimer quelque chose contre l’abus de l’antimoine. [3][15] Il fait ici froid comme en hiver et il y a quantité de rhumatismes [16] et de gouttes, [17] et plusieurs femmes en couche fort malades pour avoir négligé de se faire saigner dans le temps de la grossesse. [18] Galien [19][20] a eu raison de dire que le fœtus est souvent étouffé par l’abondance du sang, mais nos sottes femmes n’entendent pas ce secret ; et pourtant, elles veulent toujours faire bonne chère, faire beaucoup de sang et ne songent guère à leur santé. M. Fouquet, [21] le surintendant de jadis, a eu soin de se faire plusieurs amis particuliers qui voudraient bien encore le servir ; et en attendant l’occasion, ils travaillent à faire un grand recueil de diverses pièces qui peuvent servir à sa justification. [4] En ce recueil, il y aura quatre volumes in‑fo dans lesquels sans doute, le cardinal Mazarin [22] ne trouvera pas de quoi être canonisé. On tient ici pour certain que l’or et l’argent ne diminueront point et, dit-on, que c’est que l’on a appris qu’on avait emporté hors du royaume, et principalement en Angleterre, beaucoup d’or d’ici, et que l’or valait là davantage. Je vous baise les mains et suis de toute mon âme votre, etc.

De Paris, ce 16e de mars 1666.


Écrire à l'éditeur
Licence Creative Commons "Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron" est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.
Une réalisation
de la BIU Santé
×
     [1] [2]   Appel de note
    [a] [b]   Sources de la lettre
    [1] [2]   Entrée d'index
    Gouverneur   Entrée de glossaire

× Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À André Falconet, le 16 mars 1666

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0860

(Consulté le 22.10.2019)