L. 1027.  >
À Johann Caspar I Bauhin,
le 23 janvier 1658

Codes couleur
Citer cette lettre
Imprimer cette lettre
Imprimer cette lettre avec ses notes

 

Monsieur, [a][1]

J’ai reçu votre belle et agréable lettre des mains de M. Scultetus, qui est un fort honnête homme. [1][2] J’ai été ravi de savoir de vos nouvelles et ai été fort réjoui d’apprendre qu’êtes en bonne santé. Pour moi, je me porte, Dieu merci, assez bien ; je n’ai guère d’autre incommodité que du froid, auquel j’ai eu peine de m’accoutumer au commencement de cet hiver. Mon âge de 56 ans passés ne m’apporte encore aucune incommodité, ni de pierre, ni de goutte. [3][4] Je n’ai point grand-peur de cette dernière, dans l’exercice que je me suis donné toute ma vie ; joint qu’elle me prendrait pour un autre si elle me venait, car je ne l’ai jamais méritée ; mais pour l’autre, savoir la pierre, est quod metuam sequentibus annis ; [2] vous savez mieux que moi que M. le président de Thou a dit dans sa belle Histoire que Calculus est sedentium ad libros miserum stipendium[3][5][6] J’ai deux fils docteurs en médecine de notre Faculté, dont l’aîné a 27 ans, [7] et l’autre 24. [8] Les autres deux plus jeunes auront d’autres emplois. [9][10] Je crois que vous savez bien que M. Riolan est mort il y a tantôt un an : il mourut le 19e de février de l’an 1657, âgé de 80 ans moins cinq heures. [11] J’ai succédé à sa charge de professeur du roi, de laquelle j’avais pris possession trois ans avant sa mort. [4][12] Vous m’avez autrefois donné des thèses in‑4o de votre Université ; [13] n’en avez-vous plus d’autres à me donner, pour lesquelles je vous offre ce qu’il vous plaira de deçà ? Je vous prie d’y penser et d’en faire un paquet, si en avez à m’envoyer, que pourrez adresser à Lyon à mon bon ami M. Spon, [14] docteur en médecine, qui en paiera le port de Bâle à Lyon, et qui par après, me les enverra ici. Excusez mon importunité et croyez que je serai toute ma vie, Monsieur, votre très humble et très obéissant serviteur,

Guy Patin.

De Paris, ce 23e de janvier 1658.

On imprime ici pour la 4e fois l’Enchiridium Anatomicum et Pathologicum Riolani, in‑8o, augmenté de quelques traités. [5][15] On fait aussi à Lyon une nouvelle édition de toutes les œuvres de Ioan. Heurnius, in‑fo[16] et un recueil de toutes celles d’un grand personnage qui fuit popularis vester[6] savoir Thomas Erastus, [17] que j’aime d’affection particulière. M. Vander Linden, professeur à Leyde, travaille pour une nouvelle édition de l’Areteus, grec et latin, in‑fo[7][18][19] On achève à Lyon toutes les œuvres de feu M. Gassendi, en six tomes in‑fo[8][20] Il mourut ici l’an 1656, le 24e d’octobre, âgé de 65 ans. On fait ici une Bible avec divers commentaires, laquelle aura dedans bien des impostures et des menteries. [21] Nous en attendons une autre meilleure d’ailleurs. [22] Vale et me ama[9]


Écrire à l'éditeur
Licence Creative Commons "Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron" est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.
Une réalisation
de la BIU Santé
×
     [1] [2]   Appel de note
    [a] [b]   Sources de la lettre
    [1] [2]   Entrée d'index
    Gouverneur   Entrée de glossaire

× Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Johann Caspar I Bauhin, le 23 janvier 1658

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=1027

(Consulté le 15.10.2019)