À Claude II Belin, le 12 avril 1636, note 1.
Note [1]

« qui avait trop d’indulgence pour ses fils ».

Le Livre de Samuel rapporte les désordres des fils du grand prêtre Héli, Hophni et Phinées, leur rapacité, leurs violences et leur libertinage. Déjà vieux, Héli ne pouvait les réprimer et irritait Dieu en montrant trop d’indulgence à leur égard. Ils allaient probablement succéder à leur père lorsque, heureusement pour les Hébreux, ils furent tués dans une bataille contre les Philistins, où ils étaient allés accompagner l’arche sainte qui tomba entre les mains de l’ennemi. Héli, en apprenant ces fatales nouvelles, tomba de son siège et se tua. Il avait 98 ans et sa judicature en avait duré 40. Samuel lui succéda (G.D.U. xixe s.).

Le Collège des médecins de Troyes (v. note [1], lettre 52) était alors sans doute agité par une querelle, où les jeunes devaient contester une organisation donnant la prééminence perpétuelle aux deux plus anciens (sans élection), qui portaient respectivement les titres de doyen (décanat) et de syndic (syndicat). Troyes était placée sous la juridiction du Parlement de Paris.

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Claude II Belin, le 12 avril 1636, note 1.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0028&cln=1

(Consulté le 27/02/2024)

Licence Creative Commons