À Claude II Belin, le 23 avril 1640
Note [1]

« et digne des Annales de Volusius. »

Les crochets marquent trois lettres rognées par un défaut du bord droit de la feuille. Triaire a proposé Volesianis, mais Volusianis (volusiennes, de Volusius, v. note [10], lettre 368) semble préférable.

L’armée de Flandre ayant à sa tête les maréchaux de La Meilleraye, de Chaulnes et de Châtillon, devait prendre Lillers et ensuite Béthune. Louis xiii, changeant tout d’un coup de programme, enjoignit aux maréchaux d’aller mettre le siège devant Arras (29 mai). Ce fut le « siège mémorable » qu’annonçait Guy Patin avec un mois d’avance. Malgré les secours qu’apporta l’armée espagnole commandée par le cardinal-infant en personne, la garnison dut capituler le 9 août (Triaire).

Arras (Pas-de-Calais, Atrecht en néerlandais), sur la Scarpe, est la capitale de l’Artois, alors partie méridionale de la Flandre espagnole. Prise aux Espagnols en 1640, qui la réassiégèrent sans succès en 1654, Arras ne devint définitivement française qu’en 1659 (traité des Pyrénées).

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Claude II Belin, le 23 avril 1640. Note 1

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0049&cln=1

(Consulté le 03.02.2023)

Licence Creative Commons