À André Falconet, le 4 novembre 1650
Note [1]

« Grâce aux amis, les jours heureux sont embellis et les jours contraires sont soulagés » ; libre adaptation et interprétation d’un passage de Cicéron (fin de la lettre 13, à Lucceius, livre v des Lettres familières) où il évoque les consolations de la philosophie par-dessus celles de l’amitié :

« Or donc, comme tu m’y exhortes, je me détacherai, tant que je pourrai, des chagrins et des tourments, et tournerai mon esprit vers ce qui embellit les jours heureux et aide à passer les jours contraires. » {a}


  1. ad ea, quibus secundæ res ornantur, adversæ adiuvantur.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À André Falconet, le 4 novembre 1650. Note 1

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0247&cln=1

(Consulté le 16.09.2019)

Licence Creative Commons