À André Falconet, le 30 décembre 1650
Note [1]

Ce qui restait de vieux bourgogne dans la cave de Guy Patin après le festin de son décanat (v. lettre à Falconet du 2 décembre 1650) venait de servir à célébrer dignement le doctorat de son fils Robert, disputé le 19 décembre (v. note [27] des Actes de 1650‑1651 dans les Commentaires de la Faculté de médecine de Paris), après sa vespérie du 1er décembre (v. note [23] des mêmes Actes) et avant sa pastillaire (régence) du 19 janvier suivant (v. note [30] des mêmes Actes).

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À André Falconet, le 30 décembre 1650. Note 1

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0254&cln=1

(Consulté le 23.09.2020)

Licence Creative Commons