À Charles Spon, le 6 décembre 1644
Note [10]

« Je ne connais pas Reinesius ».

Thomas Reinesius (Reines en allemand, Gotha 1587-Leipzig 14 février 1667) savait déjà le grec et le latin à l’âge de onze ans. Il avait ensuite étudié la médecine à Wittemberg, Iéna, Francfort-sur-l’Oder, Padoue et Bâle, où il avait été reçu docteur. Après avoir pratiqué à Hof et à Altdorf, il s’était mis au service du comte de Reussen, puis était devenu professeur et inspecteur du Collège de Gera en Thuringe. Enfin, il fut nommé médecin de l’électeur de Saxe et bourgmestre d’Altenbourg, puis il partit exercer à Leipzig. Outre la médecine, Reinesius excellait dans la connaissance des langues, de l’histoire et des antiquités, ce qui lui fit attribuer une rente par l’Académie française et Louis xiv (v. note [1], lettre latine 459).

La suite de la Correspondance a fait allusion à quelques-uns des nombreux ouvrages de Reinesius. Guy Patin a dit avoir correspondu avec lui (v. note [9], lettre latine 469), mais notre édition ne contient aucune de leurs lettres

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 6 décembre 1644. Note 10

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0117&cln=10

(Consulté le 17.09.2019)

Licence Creative Commons